RDC : Le conseil des ministres reconnaît le droit de manifester, prévu par la Constitution à condition qu’il s’exerce dans les conditions prévues par la Loi.

Bravant l’interdiction des marches décrétée par le Vice-premier Ministre, et la non-prise d’acte du Gouvernement de la Province-ville de Kinshasa, des manifestations contre la désignation de Monsieur Ronsard MALONDA au poste de candidat président de la CENI par l’Assemblée Nationale ont eu lieu dans plusieurs provinces de la RDC, à l’appel du parti UDPS et des mouvements citoyens.
L’interdiction de ces marches était principalement motivée par la nécessité de respecter l’Etat d’urgence sanitaire.


Les onze provinces où il y a eu des marches sont : Kinshasa, Haut-Katanga, Haut-Lomami, Kasaï, Kasaï-Oriental, Kongo-Central, Kwilu, Lomami, Lualaba, Mongala et Tshopo.
Les quatre provinces où il y a eu une tentative de marche, aussitôt étouffée par la Police sont : Equateur, Maï-Ndombe, Nord-Kivu et Tanganyika.
IV.1.1.2. : Bilan

  1. Kinshasa :
  • Plan humain :
    • 2 (deux) morts parmi les manifestants,
    • 20 (vingt) policiers blessés (dont deux grièvement blessés),
    • 12 (douze) blessés civils.
  • Dégâts matériels :
    • Acte de vandalisme sur des églises et sièges de partis politiques du FCC ;
    • Destruction du Sous-Ciat de KANDA-KANDA dans la Commune de Kasa-Vubu.
  1. Haut-Katanga (Lubumbashi, Kasumbalesa et Kipushi):
  • Plan humain :
    • 3 (trois) morts parmi les manifestants,
    • 4 (quatre) blessés par balles
  1. Observations :
  • Dans l’ensemble, la Police s’est comportée avec beaucoup de professionnalisme ;
  • L’inviolabilité du siège du Parlement, objectif ultime des manifestants, a été préservée.
    Après débats et délibération, le Conseil des Ministres a :
  1. condamné les actes de violence qui ont entraîné la mort des personnes et la dégradation des biens publics et privés ;
  2. instruit les Ministres ayant la Justice et l’Intérieur dans leurs attributions de tout mettre en œuvre pour mener des enquêtes et traduire les coupables et leurs éventuels commanditaires devant la justice pour qu’ils répondent de leurs actes ;
  3. reconnu le droit de manifester, prévu par la Constitution à condition qu’il s’exerce dans les conditions prévues par la Loi ;
  4. réaffirmé la détermination du Gouvernement à consolider la coalition en vue de réaliser les attentes de la population pour son bien-être ;
  5. recommandé aux animateurs des Institutions de concilier les principes de la légalité et de la légitimité, facteurs de paix et de l’unité nationale, nécessaires au développement du pays à travers la recherche d’un large consensus sur les sujets qui peuvent diviser ;
  6. invité les partenaires de la coalition à la concertation permanente sur des questions fondamentales d’intérêt national.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Facebook
Twitter
YouTube