RDC : La Gestion sur base caisse, une erreur du Gouvernement ou une solution à la crise économique et monétaire ?[Tribune]

Tribune signée par KILOSHO MUSEME/Financier

Après la signature du pacte de stabilité du cadre macroéconomique et monétaire en RDC, entre les responsables de la politique budgétaire qui est le gouvernement et les responsables de la politique monétaire qui est la Banque Centrale (BCC), le pacte en question a comme objectif; l’application de gestion sur base caisse, c’est-à-dire :

-Désormais, il sera plus question de recourir aux dépenses en procédures d’urgence,
-et le gouvernement ne va plus consommer les crédits budgétaire au delà de ses ressources pour éviter la fluctuation monétaire dans le sens d’une dépréciation, ainsi que l’instabilité du taux de change.

Le pacte en question met en communion la politique budgétaire et monétaire enfin de lutter contre les instabilités économiques et monétaires.

Nous allons analyser si la gestion sur base caisse peut-être une solution face à la crise économique et à la dépréciation monétaire.

Quelles sont les conséquences de ladite gestion ? Quels sont les avantages?

  1. Avantages : cette théorie a comme avantages l’application à la lettre des procédures liées aux dépenses publiques, qui passeront plus en mode d’urgence.

L’autre avantage est qu’il aura diminution ou suppression des dépenses excessives des institutions comme la présidence, le Gouvernement, le Sénat, l’Assemblée nationale et autres. C’est-à-dire avant toutes dépenses, les procédures passeront par le ministre du budget, après le ministre des finances et enfin le paiement par la BCC.

  1. Conséquences: les conséquences sont si importantes en terme d’influencer que les avantages de la gestion sur base caisse. Parce que l’État va tout simplement engager ses dépenses par rapport à sa trésorerie à la BCC.

Alors que tous, nous connaissons combien la trésorerie de l’État est en difficulté à cause de l’insuffisance des mobilisations de recettes et l’autre problème est que la contribution exogènes sur les crédits budgétaire sera pas comme prévu à cause de la crise liée à la covid-19.

Donc au cas où l’État tombe dans cette difficulté, nous risquons d’assister aux non paiements de fonctionnaires de l’État ( Militaires, Professeurs , Enseignants , infirmiers, docteurs, députés, sénateurs, ministres, PCA, DG et autres) et surtout la cessation des financements de frais de fonctionnement dans des institutions de l’État.

  1. Solution: la décision du gouvernement est bonne sur le plan forme, mais son fond doit être renforcé par une mobilisation des recettes efficaces et rationnelle enfin d’alimenter la trésorerie de l’État pour que les prévisions en terme des dépenses et des recettes ne puissent pas avoir un écart négatif géométrique.

À long terme l’État congolais doit simplement mettre un point singulier sur la production nationale enfin de pallier définitivement à cette situation critique de l’économie congolaise et la dépréciation pyrademique du Franc Congolais.

Ça serait une erreur du gouvernement s’il ajoute pas d’autres aspects que nous venons de citer ci-haut et une solution au cas où il ajoute nos propositions dans l’application de la gestion sur base caisse.

Tribune signée par KILOSHO MUSEME/Financier

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Facebook
Twitter
YouTube