RDC : Dépréciation du franc congolais face aux monnaies étrangères (Tribune)

Tribune signée par KILOSHO MUSEME/Financier

Aujourd’hui le taux de change nage entre 1$=1900 fc et 2000fc, que devons-nous retenir de cette fluctuation?

Quelles sont les conséquences dans l’économie congolaise ?

Que devait faire l’État congolais pour pallier à cette situation?

La population congolaise doit retenir que cette fluctuation est le résultat de la dépréciation du franc congolais face au dollar américain.

En économie monétaire, la dépréciation est la sanction directe du marché, conséquence d’une augmentation de quantité de monnaie en circulation, non appuyée par la création de la richesse ou une production nationale.

Tant que la RDC n’aura pas une production forte capable de répondre même à 40% de la consommation nationale, on peut pas attendre une appréciation monétaire.

Les conséquences de cette dépréciation seront :

1.la hausse du prix dans les marchés,
2.le taux de chômage sera à la hausse,
3.la loi de Gresham sera au rendez-vous,
4.les investissements diminueront progressivement,
5.le salaire des travailleurs connaitra un impact négatif d’une réduction de la valeur réelle,
6.baisse de l’épargne,
7.Donc le cadre macroéconomique sera négatif.

l’État congolais face à cette fluctuation, doit premièrement ajuster sa politique budgétaire par le billet de lois des finances rectificatives enfin de mettre un accent sur les investissements productifs pour pallier à cette dépendance de l’extérieure.

Deuxièmement, la Banque centrale du Congo (BCC), étant le responsable principal de la politique monétaire, doit imprimer jalousement ses cinq missions qui sont :

1.la garde des fonds publics ,
2.la sauvegarde et la stabilité monétaire ,
3.la définition et la mise en oeuvre de la politique monétaire,
4.le contrôle de l’ensemble de l’activité bancaire et
5.de conseil économique et financier du gouvernement, confère l’article 176 de la constitution.

La Banque Centrale du Congo en jouant pleinement et strictement son rôle, la dépréciation du Franc Congolais sera évitée.

« Je suis convaincu qu’avec une politique budgétaire basée sur les investissements productifs et une politique monétaire responsable de la BCC, la RDC connaitra plus jamais une dépréciation à trois chiffres »

Tribune signée par KILOSHO MUSEME/Financier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
YouTube