RDC : “Aujourd’hui la monté de tribalisme met en péril la Nation congolaise toute entière”[Tribune]

C’est devenue comme une tare congénitale . Depuis 1960 notre pays a connu des scènes dramatiques à cause de la montée des réflexes identitaires.

Toutes ces rébellions et sécession qui ont déchiré le pays en instaurant un dysfonctionnement originaire qui a paralysé les premières institutions de la République pour culminer en crise aiguë débouchant sur la liquidation physique du Premier Ministre ont une base tribale nationaliste.


L’on a pensé que pour remedier à cette situation malheureuse, il fallait congédier définitivement les différentes Assemblées locales à travers le pays lesquelles étaient tenues pour germoirs des politiciens et autres politicards de la première heure qui se sont vus mettre sur le dos la responsabilité des divisions des guerres dont a souffert le pays.


L’on est allé très loin avec le putsch ayant porté les militaires au Pouvoir en 1965 en optant pour un monisme institutionnel consacrant l’unité aveugle de tous les pouvoirs étatiques désormais concentrés dans le chef d’un seul individu.

Mais les militaires s’adonnèrent à vive joie à la destruction de leur pays et de leurs peuples en se comportant en vandales en tribalistes et pilleurs.


Aujourd’hui la monté de tribalisme met en péril la Nation congolaise toute entière.

Des sentiments d’auto determination surgissent par ci par là: l’État du Kivu, la République du Katanga et le Kongo Central n’est pas en reste dans ce mouvement dangereux qui guette la République.


Au regards de tout ce qui précède il nous faut si nous ne voulons pas disparaître en tant que Nation et face aux appétits insatiables de nos voisins :


Prendre des mesures de renforcement de l’autorité de l État en assurant une justice distributive.


Favoriser la stabilité des institutions et le respect des normes juridiques qui nous régissent . Que le pouvoir arrête le Pouvoir.


Donner une priorité à la solution de l’insécurité de l’Est de la République qui est devenue une épine du pied.

Favoriser la cohabitation pacifique entre les communautés par des politiques incitatives et intégratrices.


Que le Président de la République et le Premier Ministre fassent le constat commun de la nécessité d’un nouveau Gouvernement pour incarner une nouvelle étape dans ce quinquennat et se frayer un nouveau chemin avec un plan de redressement économique qui vient justement réajuster les objectifs sur base des réalités actuelles decette crise planétaire de Covid 19.

Dans ce nouveau Gouvernement on doit savoir qui est là et il fait quoi et quel est son niveau de responsabilité dans un contrat de performance. Ceci va nous demander de sortir du schéma traditionnel du type classique pour inventer notre propre schémas qui répond à nos exigences et nos priorités.

Tribune signée par Akilimali Munganga Bienvenu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Facebook
Twitter
YouTube