Ituri : Trois prévenus condamnés à la servitude pénale par le tribunal militaire de garnison de l’Ituri pour meurtre de quatre personnes dont trois sujets Chinois et un militaire des FARDC

Le tribunal militaire de garnison de l’Ituri siégeant au premier degré en matière répressive a infligé la peine de servitude pénale à perpétuité (SPP) contre trois prévenus à savoir ; Mpaka Nduhunu Jonas, Mudjabaku Likambo alias Erick et Bungamuzi Louis poursuivis notamment pour meurtre de quatre personnes parmi lesquelles trois sujets Chinois et un militaire des FARDC, au terme de la chambre foraine tenue dans l’enceinte de la prison centrale de Bunia, a constaté lundi l’ACP.


En plus du meurtre de ces quatre personnes les trois condamnés qui ne bénéficient pas de circonstances atténuantes sont également reconnus coupables de deux autres chefs d’accusation à savoir ; association de malfaiteurs et vol à main armée.
Par ailleurs, les prévenus Ndaki Kamerhe, Lemabo Louis cités dans ce même dossier actuellement en cavale le tribunal militaire les a condamnés par défaut à la peine capitale et à ordonner au ministère public de les rechercher.


Par contre, le tribunal militaire de garnison de l’Ituri sous la présidence du capitaine magistrat Lazard Amsini a acquitté deux prévenus dont le sujet Chinois Qin Chengyi alias Chiwan et Uwewa vwaweka Éric par conséquent a ordonné leur libération immédiate.


En outre, le tribunal a condamné solidairement les prévenus au paiement de dommages et intérêts pour les préjudices moraux, psychologiques, matériels et financiers subis de l’ordre de 5.000.000 de dollars américains équivalant en franc congolais en faveur de la veuve de l’un de Chinois tué, 1.000.000 de dollars américains en faveur de M. Ndombe Aboubacar pour la perte de ses partenaires Chinois et 500.000 dollars américains équivalant en franc congolais pour la grande sœur du militaire des FARDC tué par les condamnés.


Abordé par l’ACP, l’auditeur militaire major Vichy Lopombo a promis d’interjeter appel dans le délai de cinq(5) jours fixé par la loi.


Pour rappel, dans la nuit du 04 au 05 Avril 2020 le site minier situé dans la localité de Sumbabo en territoire d’Irumu a été attaqué par les hommes armés à l’issue de laquelle quatre(4) personnes ont été froidement abattues, un colis important de l’or ainsi que la somme de 25.000 dollars américains a été emportée par ces malfrats.


Au cours de cette chambre foraine le tribunal militaire a instruit sur quatre(4) dossiers parmi lesquels celui d’un capitaine de la Police nationale congolaise (PNC) poursuivi pour torture ayant entraîné la mort d’un certain Baelongandi dans la nuit du 12 au 13 novembre 2019 et le procès en flagrance de deux militaires des FARDC poursuivis pour dissipation de munitions de guerre et violation de consignes.


En effet, dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 septembre courant les habitants du quartier Bankoko et ceux du quartier Hoho ont été réveillés par les coups de balles nourris attribués à ces deux éléments de l’armée.


Cette situation qui s’est produite dans un contexte sécuritaire préoccupant a provoqué non seulement une grosse panique au sein de la population qui pensait à une incursion de forces négatives mais également des cas des avortements et de crises parmi certaines personnes qui souffrent de l’hypertension artérielle.

ACP/Infosplus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
YouTube