Campagne de diffamation contre l’Assemblée Nationale : la fuite en avant de trois journalistes pourfendeurs

SVP veillez patager




A propos de l’article « Média : trois journalistes menacés de mort par un conseiller du Rapporteur de l’Assemblée nationale ! »diffusé par lebaromètreoline.com, la Cellule de communication fait observer ce qui suit, les trois pseudos journalistes, mus par l’instinct grégaire et la.boulimie, usent de leur plume peu alertes pour faire, sans vergogne, un chantage à l’Assemblée nationale, à son vénérable Président, Christophe Mboso N’Kodia Pwanga, son Rapporteur, l’Honorable Joseph Lembi et au Coordonnateur de la Cellule de communication, Blanchard Dikambi.


Depuis quelque temps, ils alignent article sur article, à travers ils piétinent impunément les règles de l’éthique et de la déontologie journalistiques. Sans foi, ni loi, ces pourfendeurs rédigent des pamphlets au verbe incendiaire proche de l’injure dans le seul but de susciter la commisération à leur égard.
Car, au bout du compte, ces articles de presse au vitriol ont un dénominateur commun, amener le bureau de l’Assemblée nationale a approche ces mécréants en vue de faire avaliser une thèse défendue par eux, celle d’un contrat hypothétique conclu avec l’Assemblée nationale ayant conduit à un service rendu durant trois mois et pour lequel ils exigent un paiement.


Après avoir mené cette campagne de sape sans résultat escompté, ayant versé dans la diffamation et les imputations dommageables, faits punis dans les lois congolaises, les trois super journalistes et directeurs des médias Grand Débat (Jacques Asuka), Sphinxrdc.com (Jacques Kalokola) et Le Baromètre (Jeff-Saile) empruntent un raccourci et montent un scénario loufoque, dans le but de faire passer dans l’opinion la thèse du harcèlement et menaces de mort contre des professionnels des médias ne respectant aucune norme dans l’exercice de leur métier.


En un mot comme en mille, ceci démontre si besoin en était encore que la peur s’installe dans leur camp ayant été mis devant leurs responsabilités.


Dans chacune de leurs productions, ils revendiquent un paie pour un travail, mais cette canaille n’ose pas brandir le contrat signé par l’Assemblée nationale et sur base duquel ce service a été rendu.
A l’Assemblée nationale, tout le.mo’de est serein. On attend une confrontation devant les instances judiciaires pour que ces trois soi-disant journalistes produisent les preuves de routes les allégations distillées depuis quelque temps à travers leurs organes de presse. Tout le reste est distraction.

Sieurs Jacques Asuka, Jacques Kalokola et Jeff-Saile, apprenez à être vertueux, commencer par produire le contrat signé avec l’Assemblée nationale, c’est alors que le débat pourrait être engagé. Procéder autrement, notamment en vous servant de votre plume pour déverser des diatribes pour insulter le président de l’Assemblée nationale, le Rapporteur, le président du MLC ainsi que le Coordonnateur de la cellule de communication de l’Assemblée nationale est une lâcheté qui vous expose à des poursuites.judiciaires, sans plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
Twitter
YouTube