Assemblée nationale: « La pétition contre Mboso N’Kodia ne relève pas de l’Union sacrée, moins encore des entités qui composent l’Union sacrée » (Daniel Safu)

SVP veillez patager

« L’initiative liée à la pétition contre Mboso ne relève pas des états majors au sein de l’Union sacrée de la nation. Ni Jean-Pierre Bemba, ni Moïse Katumbi, encore moins la Dynamique des révolutionnaires ne sont concernés par cette initiative. Il ne faut pas que nous puissions donner l’impression au peuple que nous sommes là uniquement pour des pétitions ou des motions. Le travail du député n’est pas seulement pour renverser le bureau, mais c’est légiférer, contrôler l’exécutif, c’est le gardien de la cohésion nationale ».

Ces propos sont de Daniel Safu, élu de Mont Amba proche d’Ensemble de Moïse Katumbi, qui, au cours d’une conférence de presse animée devant la salle des Banquets du Palais du peuple, a voulu fixer les esprits quant à la pétition contre Christophe Mboso, speaker de la Cambre basse du Parlement.


Au cours de ce face-à-face avec la presse, le député national a fait savoir que la pétition contre Mboso est une initiative qui ne relève pas de l’Union sacrée, moins encore des entités qui la composent, à savoir : MLC, Ensemble, UDPS, AFDC-A, PPRD Mosaïque, députés révolutionnaires.


« C’est une initiative qui relève du député lui-même, on ne saurait la condamner. Elle est rationnelle, car c’est dans l’exercice normal de son travail en tant que parlementaire. C’est une initiative qui relève de la singularité ontologique de la personne, c’est l’individu dans sa singularité qui prend une initiative. C’est une initiative qu’on ne peut condamner, mais la politique ne s’articule pas dans la singularité, mais la dynamique du groupe incarnée aujourd’hui par l’Union sacrée », a souligné Daniel Safu.


Pour l’élu du Mont-Amba, la pétition tant vantée ne relève pas de la dynamique du Parlement. C’est donc une pétition qui ne fera rien à Mboso.

« Cette pétition aurait pu obtenir l’adhésion, si elle était en harmonie avec les états-majors de l’Union sacrée. Elle aurait pu nuire si elle était l’émanation de la majorité parlementaire. Mboso a le soutien à 182% des députés et des esprits supérieurs », a-t-il martelé.


Et Daniel Safu d’ajouter : « Demain, c’est la rentrée parlementaire. Que vive à jamais Mboso ! Il a le soutien de la majorité des députés, contrairement à ceux qui pensent qu’il y a des incohérences, certaines infirmités dans la façon de faire de Mboso, ils sont libres, mais dans l’ensemble, nous disons qu’on est d’accord avec sa sagesse et son expérience. Nous avons besoin de lui, vu son expérience et son intelligence, car Mboso a une capacité cognitive qui résiste aux assauts du doute. C’est un intellectuel ».


IT/ Safu, pas partie prenante
A ses yeux, « Mboso N’Kodia a atteint, comme disaient les Romains « Cursus honorum – la carrière des honneurs », sa sagesse nous sert de base et d’expérience. La pétition contre Mboso est pour rire, car Mboso est là, nous le soutenons dans l’ordre rationnel doublé de la dynamique parlementaire ».


Daniel Safu a également défini le mandat de l’actuelle législature.

« Notre mandat a une mission divine, celle d’aider le président Félix Tshisekedi à atteindre le niveau de construction du Congo en tant que nation. Au-delà du social, de la paix à l’Est, les dirigeants d’hier ont détruit l’Etat-nation. Maintenant, nous avons la mission de construire le Congo en tant qu’Etat-nation, mais pas avec des pétitions et motions. Il faut, à un certain degré, engager de la rationalité en ce qui concerne le Congo qui est aujourd’hui dans un gouffre, dans un fond sans fond. Et si nous ne prêtons attention, nous risquons de disparaître », a relevé par ailleurs l’élu de Mont-Amba.


Cité parmi les initiateurs de la motion, Daniel Safu a dégagé sa responsabilité de cette initiative.


« Daniel Safu a construit son leadership pour le bien du Congo. L’honorable Daniel Safu est un homme d’Etat qui a la mission de construction l’Etat-nation. Et nous avons l’expérience politique pour avoir œuvré aux côtés d’Etienne Tshisekedi, le Mahamat congolais. Mes initiatives sont pour construire et non pour détruire. Il est d’ailleurs difficile de juger du travail de quelqu’un en six ou une année. En faisant tomber le bureau Mabunda, j’ai construit le pouvoir de Mboso, c’est donc mon pouvoir que je ne vais m’hasarder à détruire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
YouTube